Lointain, protégé par la Cordillère des Andes, longtemps troublé politiquement, le Chili retrouve ses attraits, et sa littérature contemporaine le prouve de la meilleure façon. « Parfois, sans aucune raison, j’écartais le rideau de la fenêtre du bus. Sûr que je n’allais jamais deviner où nous allions – dans le désert et de nuit, qui peut bien deviner où il est arrêté ? – mais l’attente me rendait impatiente. Cela faisait trop d’heures que nous étions assises dans ce bus puant et, contrairement à ma maman qui n’avait quasiment pas ouvert les yeux de tout le voyage, moi, je n’arrivais pas à dormir. Alors que toute ma vie je n’avais vu que les paysages verts de Valdivia, d’immenses montagnes d’un bleu virant à la couleur café à mesure que nous nous en approchions, avaient défilé sous mes yeux au cours de cette après-midi. Les bleus étaient surprenants: clairs, foncés, comme du pétrole, comme des iris. Tout ce que je voulais, c’était découvrir les nouvelles couleurs que pouvait m’offrir la nuit du désert, mais apparemment la nuit est la même partout et je dus me contenter de regarder le plafond du bus dans l’espoir qu’il se passe quelque chose. »

Ed. Magellan & Cie – 26/04/2019