Avec ce recueil de textes de genres différents, Henri-Hugues Lejeune dévoile toute l’étendue de son talent. À merveille, il nous fait sentir que les souvenirs agissent comme autant de pouvoirs en nous qui exercent une fascination constante sur notre vie en cours.
Mémoire de l’enfance ou liée à son passé de diplomate, les histoires et anecdotes s’enchaînent avec toujours cette note ou remarque profonde qui chez lui crée le style, et donc engendre l’écrivain.
Henri-Hugues Lejeune connaît la littérature et le prouve à travers ses écrits. C’est peut-être là son secret.
Ces récits composés sur vingt ans témoignent d’une richesse étonnante et nous font entrer dans une intimité foisonnante. On se croirait parfois en compagnie de Proust ou de Paul Morand.
Par ses phrases tout en profondeur d’où ne s’exclut pas une certaine légèreté qui fait le charme de ce livre, Henri-Hugues Lejeune fait figure parfois de moraliste bienveillant et nous emporte dans une littérature aussi émouvante que rigoureuse et sans concession aux modes, et ce pour le plus grand plaisir du lecteur.

« Bien plus tard, vers la fin de mes séjours là-bas, elle ne me vit plus hélas qu’y passer, y vivre des séjours de plus en plus désenchantés ; j’abandonnais moi aussi cette ville en passe de mourir au moins pour moi. Je ne voulais plus y poursuivre des phantasmes dont j’avais bien fini bien malgré moi par savoir qu’ils perdaient tout sens. Ceci est banal : les vieillards se confinent à ressasser ce qu’ils se croient seuls à éprouver dans des méandres d’une mémoire où ils s’égarent. »
– Extrait de La Vie inimitable

Ed Unicité – 14/01/2020