Dans le Séoul de 1934, en pleine occupation japonaise, Kubo parcourt sa ville à la recherche d’inspirations, de rencontres, de sens, de bonheur. Cette errance s’accompagne d’une réflexion plus profonde sur lui-même et sur cette jeunesse qui se construit et se modernise avec le Japon comme nouvelle référence. Kubo est le premier  » roman  » moderne coréen, celui de la disparition du héros à  » l’ancienne  » et du bouleversement des codes littéraires de l’époque, avec l’apparition d’une écriture nouvelle, affranchie des diktats de la langue.

Ed. UGA – 10/01/2019