Et sic in infinitum – Emmanuel Adely

Haute écriture pour ce texte écrit à partir d’une peinture du Louvre, principe de la collection XVIIème : le portrait d’Alof de Wignacourt par le Caravage. Le Grand-Maître de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem avait combattu les Ottomans pour défendre Malte lors du Grand Siège de 1565. Mais l’auteur délaisse le fait guerrier pour entrer au coeur du corps à corps, du désir, des blessures et de la mort.

Ed. Maison Malo Quirvane – 25/03/2019

2019-03-12T06:19:46+02:00Categories: Actu de la nouvelle|Tags: |0 commentaire

Laisser un commentaire

poub

texte ici