Textes extraits de Du bonheur d’être morphinomane « Dans la rue il y a de la poulaille. ‘Dégagez, bande de salopards !’ je hurle, et je tire. Ils se mettent à courir, et moi aussi je cours, je remonte la rue et je tourne au coin, je longe l’autre rue. Je me dis, je peux me cacher parmi les gens ; mais ils courent devant moi, ils se jettent sur les côtés pour s’écarter, les rues se vident devant moi. Et quand je me retourne, ils sont derrière moi, une masse noire et compacte avec mille visages blancs, ils se mettent aussi à tirer. » Cinq variations sur les errances de chapardeurs en fuite et de braqueurs sans le sou par l’auteur de Seul dans Berlin.

Ed. Folio – 23/05/2019