Dans Le Grand Leader doit venir nous voir, Velina Minkoff réactivait un séjour en Corée du Nord pour mettre en cause les réécritures de l’histoire à la seule lumière du présent. Dans Shorts rouges (Red Shorts), cette fois dans sa Bulgarie natale, elle utilise le même point d’appui, à savoir la chute du mur de Berlin en 1989. Les nouvelles (shorts) interrogent le passé socialiste (red) sans le réécrire, c’est-à-dire sans le soumettre à un schéma unique « avant/après ». Avec Velina Minkoff, la littérature montre à l’histoire qu’elle en mesure mieux qu’elle la complexité. Les textes de ce recueil sont brefs, usant d’outils stylistiques propres – humour, brièveté, personnages incohérents – effets de la formation littéraire de l’auteur en creative writing, ce qui donne en particulier un ton émaillé de formules et de ruptures inattendues. Au résultat : un bouquet d’histoires à double sens où se mêlent rideau de fer, pluie radioactive, Perestroika, supporters de foot, punks, modèles de couture, cheveux longs interdits, chewing gum sans couleur, stations balnéaires, voisins insupportables, Chernobyl, souvenirs révolutionnaires, secrets publics, rêves d’enfants et fruits étranges sur les arbres.

Ed. Hémisphères – 11/02/2020