Tout a commencé à la fête du village, alors que, comme tous les ans, on rediffusait un match de football sur écran géant. C’était un match de troisième division auquel l’équipe des moins de dix-neuf ans avait participé lors des tours qualificatifs de la coupe de France. Faute de droits de diffusion, on ne pouvait pas proposer le match que tout le monde souhaitait revivre : la finale France-Brésil de 1998. Au lieu de cela, on devait se taper ce match d’amateurs, nul, ennuyeux à mourir, sans parler de la qualité de l’image… De mémoire d’ancien, on n’avait pas connu pire 14 juillet. Je m’apprêtais à partir, comme tout le monde, lorsque le maire nous interpella : « Si on ne peut pas diffuser un match intéressant faute de droits, rien ne nous interdit de le reconstituer ! »

L’idée nous conquit tous instantanément…

Ed. Prem Edit 77 – 24/07/2019