Prix Lorientales 2018

Les éditions Elyzad qui publie L’Orient est rouge de Leïla Sebbar en lice pour le prix Place aux Nouvelles 2018, a pour vocation de faire circuler les textes du Sud vers le Nord.

Son travail vient d’être récompensé à travers le Prix Lorientales 2018 décerné à L’Amas ardent de Yamen Manai.

Aux abords de Nawa, village de l’arrière-pays, le Don, apiculteur, mène une vie d’ascète auprès de ses abeilles, à l’écart de l’actualité. Pourtant, lorsqu’il découvre les corps mutilés de ses « filles », il doit se rendre à l’évidence : la marche du monde l’a rattrapé, le mettant face à un redoutable adversaire. Pour sauver ce qu’il a de plus cher, il lui faudra conduire son enquête dans une contrée quelque peu chamboulée par sa toute récente révolution, et aller chercher la lueur au loin, jusqu’au pays du Soleil-Levant.
En véritable conteur, Yamen Manai dresse avec vivacité et humour le portrait aigre-doux d’une Tunisie vibrionnante, où les fanatiques de Dieu ne sont pas à l’abri de Sa foudre. Une fable moderne des plus savoureuses.

Né en 1980 à Tunis, Yamen Manai vit à Paris. Ingénieur, il travaille sur les nouvelles technologies de l’information. Son premier roman, La Marche de l’incertitude (Elyzad poche, 2010), a reçu en Tunisie le prix Comar d’Or, en France le prix des Lycéens Coup de Cœur de Coup de Soleil. La Sérénade d’Ibrahim Santos (Elyzad, 2011 ; Elyzad poche, 2018) a obtenu le prix Biblioblog, le prix de la Bastide de Villeneuve-sur-Lot et le prix Alain-Fournier. L’Amas ardent est son troisième roman.

2018-06-12T06:17:59+00:00Categories: Actu des auteurs|0 commentaire

Laisser un commentaire

poub

texte ici