Lectures de confinement

« La nouvelle est, en France, un genre littéraire dédaigné » écrivait Emmanuelle Favier dans un article consacré à la nouvelle littéraire paru en février 2019 dans Mediapart.

En ce temps de confinement qui se prolonge où le temps est encore compté à la maison quand télétravail, suivi scolaire et préparation des repas s’enchaînent, la lecture d’une nouvelle, qui prend entre 5 et 20 minutes, peut nourrir l’émotion, la surprise, ou encore le suspens d’une intrigue.

Alors, pour ceux qui ont compris que le confinement ne leur permettra pas de lire ou relire À la recherche du temps perdu, Belle du seigneur ou Guerre et paix, pourquoi ne pas lire une nouvelle dès qu’une pause le permet ?