Publié en revue en 1897, puis en livre en 1901, le Sang de la Sirène, est une des nouvelles les plus célèbres d’Anatole Le Braz. Lors d’un voyage à Ouessant pour y recueillir les légendes de l’île, l’auteur découvre celle qui se rapporte aux Sirènes : douze vierges belles comme des anges mais perverses comme des démons, qui avaient leur résidence d’été dans l’île. Un pêcheur ouessantin en attrapa une dans ses filets et elle en fit le roi de la mer : les vagues lui apportaient les poissons et les épaves, les vents et les courants lui obéissaient, mais la malédiction des sirènes s’abattit sur lui et se poursuit encore sur tous ses descendants. Et un vestige en serait la fameuse et singulière cérémonie de proella (du breton bro et ella : rapatriement au pays) qui consiste à remplacer le corps disparu du naufragé par une croix de cire lors des cérémonies de funérailles… Toujours à mi-chemin entre fiction et légende, entre modernité et tradition, voici Le Sang de la Sirène.

Ed. Prng – 08/10/2019