C’est un exceptionnel ensemble d’inédits de Marcel Proust qui apparaît aujourd’hui, car il s’agit d’oeuvres littéraires, d’oeuvres de fiction: une série de nouvelles diversement achevées, écrites dans l’environnement des Plaisirs et les Jours, durant les années 1890. Certaines ont figuré un temps au sommaire du volume, mais toutes sont restées secrètes, l’écrivain n’en a jamais parlé. Proust a une vingtaine d’années, et la plupart de ces textes évoquent la prise de conscience de son homosexualité, sur un mode sombrement tragique, celui de la malédiction. Sous des formes diverses: conte de fées, récit fantastique, dialogue des morts, nouvelle à énigme, le jeune écrivain transpose, parfois à peine, le journal intime qu’il n’a pas écrit. Point devoyeurisme dans ces récits, seulement mis en scène un drame psychologique intense. Ces nouvelles inédites ont été identifiées et répertoriées, dans les années 1950, par Bernard de Fallois, dont l’essai Proust avant Proust, paru aux Belles-Lettres, interprète les données. Nous trouvons dans le même fonds les documents placés en fin de volume, contenant des révélations aux sources d’À la recherche du temps perdu. L’ensemble est transcrit avec toutes les variantes et annoté par Luc Fraisse, professeur à l’université de Strasbourg, qui réédite actuellement la Rechercheaux Classiques Garnier.

Ed. Fallois – 09/10/2019