Comme dans L’Auberge espagnole, chacun des personnages du Biscuit national a quitté un chez soi pour s’essayer au rêve européen. Mais, si cette génération d’après la chute du mur peut voyager, contrairement à la précédente, y a-t-il vraiment un rêve européen ? Entre Paris, Londres, Helsinki et Budapest, cette génération développe parfois une certaine nostalgie du foyer, mais également une sorte de frustration polymorphe : – Petra est une étudiante modèle et insouciante qui travaille comme femme de chambre dans un hôtel parisien afin de financer ses études. – Anka est une amie d’enfance de Petra qui voyage régulièrement en Angleterre comme travailleuse saisonnière. – Mika est le frère de Petra, qui a transformé son prénom pour mieux s’intégrer en Finlande où il travaille pour une multinationale. – Natália est l’une des colocataires de Petra. Elle a choisi de partir pour Paris après avoir échoué au concours d’entrée d’une école d’arts en Slovaquie et sert des bières dans un pub irlandais de la capitale. – Partie étudier à Budapest, Juliana quitte rapidement la cité universitaire pour partager un appartement avec un jeune Français qui travaille sur place. – Enfin, « Trianon-Delta » tente de circonscrire les contours d’un surprenant triangle amoureux composé d’un Hongrois, d’une Roumaine et d’une Slovaque.

Ed. Intervalles – 11/09/2019