Dans ces nouvelles d’Agnès Siegwart, les personnages sont nombreux à avoir l’audace du perce-neige, ce recours, cette bravade, ce coup de force du faible, ce cran désespéré du timide. En général geste maladroit qui les conduit soit au désastre, soit, chose plus rare, à l’héroïsme. Mais au final, tous sont des héros. Captivantes sont ces nouvelles. Poétiques, réalistes, idéalistes, tristes, elles ne sont pas de simples et vulgaires caricatures mais des peintures plus vraies que nature. Le lecteur peut s’y promener comme à une expo mais attention aux surprises lorsqu’il s’agit d’audace.

Ed. Gunten – 10/02/2020