Julien Campredon

L’attaque des dauphins tueurs
(Monsieur Toussaint Louverture)

Site des Editions Monsieur Toussaint Louverture

Julien CampredonDe son épitaphe, on retiendra :
Julien Campredon obtint la bourse du CRL Midi-Pyrénées en 2011 et partit planquer l’argent en Uruguay.

À 34 ans, il est vieux pour un jeune, et jeune pour un vieux. Nouvelliste qui se confirme (L’Attaque des dauphins tueurs – éd. Monsieur Toussaint Louverture, L’Assassinat de la dame de pique – éd. Léo Scheer, Brûlons tous ces punks pour l’amour des elfes – éd. Monsieur Toussaint Louverture, Boris le Babylonien– éd. Atelier du Gué), Julien Campredon écrit des nouvelles, car il aime fonctionner par raccourcis de pensée, et du raccourci naît la forme courte.

Réalisme magique dit-on, réalisme absurde martèle cet auteur qui, ne doutant de rien, ancre sa littérature au cœur d’un Languedoc qui serait ce qu’il devrait être : intelligent, occitan, et drolatique. À ce titre il a reçu le Grand Prix Littéraire de l’Académie du Languedoc (2011).
GQ Magazine a classé Brûlons tous ces punks pour l’amour des elfes parmi les 50 meilleurs livres des années 2000, le Nouvel Observateur conseillait cet auteur pour rire, alors que le Magazine Lire avertissait quant à son imagination qui prendrait le pouvoir.
En tout cas, vous voilà prévenus : si vous ne le lisez pas, vous ne pourrez vous en prendre qu’à vous-même, et si de le lire vous décoiffait, vous aurez tout autant été avertis.

2017-04-07T15:17:41+00:00Categories: Auteur, invité 2012, nominé 2012|0 commentaire

Laisser un commentaire

poub

texte ici