Né un 1er janvier à Paris, Jean-C. Denis se fait remarquer dès le premier jour de sa vie par une photo dans le journal, présentant, faute d’événement plus marquant, les nouveaux-nés de la nouvelle année 1951. Rapidement déçu par les vaines promesses de cette gloire éphémère, il se montrera dès lors réservé et discret, préférant la solitude et les affres de la création aux paillettes et aux flashes des photographes.

Jean-C. Denis considère la réalité avec autant d’intérêt que de méfiance. Cette attitude circonspecte confère à tout ce qu’il fait un parfum mêlé d’étrangeté et de familiarité.

Au fil des années, il a su imposer un ton, un style qui ne ressemblent qu’à lui. La même petite musique à la tonalité originale parcourt toute son œuvre. Dans ses récits peuplés de personnages marginaux ou simplement décalés, il livre une vision douce-amère de la vie comme elle va.

Artiste aussi inclassable que discret, il a néanmoins participé aux aventures éditoriales les plus marquantes de ces dernières années : de Pilote à la collection « Aire Libre », de (À suivre) aux Humanoïdes Associés, de Futuropolis à Futuropolis 2.

Avec Luc Leroi, il a su créer un personnage attachant et lunaire, souvent en décalage avec une société qui laisse peu de place à la poésie

En 30 ans, il a réalisé une trentaine d’albums de bande dessinée, des livres pour la jeunesse, un roman et plusieurs CD.

Grand Prix de la ville d’Angoulême 2012 il a été Président du festival international de la bande dessinée d’Angoulême 2013 !  Une année « Jean-C. Denis », en somme, saluée par la parution de Zone blanche et de l’intégrale Luc Leroi chez Futuropolis.

Pour en savoir plus  sur le site de Futuropolis