C’est uniquement la pensée transformée en action que l’auteur impressionniste se croit en mesure de suivre intellectuellement. Ainsi, toute son attention se portera sur l’agir, sur cet agir continuel. Et les êtres humains en action deviennent l’objet de sa peinture. La visée de sa représentation est donc de rendre vivants ces êtres humains qui agissent. À grand-peine et par cent voies, il cherche à produire l’illusion la plus exacte possible de la vie en mouvement. (…) Comme toute forme d’art, celui du récit impressionniste s’efforce de rendre compte des sentiments humains et de la vie de la pensée des hommes. Mais il évite tout exposé direct et ne nous montre les sentiments des hommes qu’à travers une suite de miroirs : leurs actes.

Ed. La Reine Blanche – 13/03/2019