Il passe son enfance à Bougival et finit ses études secondaires à Saint-Martin de France à Pontoise. Il a vécu à Barcelone et à Copenhague.

David Thomas est l’auteur de romans et de micro-nouvelles. Après avoir été journaliste pendant une vingtaine d’années, il se consacre à l’écriture littéraire. Il se fait remarquer en 2009 dès la publication de son premier recueil de très courtes nouvelles La Patience des buffles sous la pluie, dont Jean-Paul Dubois écrit dans sa préface : “Quand vous lisez ce livre, vous comprenez que vous allez bel et bien entrer dans les communs de l’humanité, découvrir les replis des corps et des esprits, ces endroits embarrassants que l’on fait rarement visiter. (…) La Patience des buffles sous la pluie fait partie de ces livres à la fois formidablement simples et sobrement raffinés qui nous rendent intelligibles à nous-mêmes.” Encensé par Nicolas Rey qui affirme dans VSD « avoir découvert LE livre, celui que l’on était censé ne jamais rencontrer”, remarqué par Eric Neuhoff, “des instantanés qui claquent comme des gifles. Il fait ça en quelques lignes, vise le noir de la cible. Il y a ici une brièveté, une tendresse à la Henri Calet”, son livre connaît un succès tant critique que public et obtient le Prix Découverte de la Fondation Prince Pierre de Monaco.

En 2011, David Thomas publie chez Albin Michel son premier roman, Un silence de clairière pour lequel il reçoit le prix Orange du livre et le prix Louis Barthou de l’Académie française.

Il continue de publier des micro-nouvelles, genre dans lequel il excelle, Je n’ai pas fini de regarder le monde (Albin Michel 2012), On ne va pas se raconter d’histoires (Stock, 2014), Le poids du monde est amour (Anne Carrière, 2018), Un homme à sa fenêtre (Anne Carrière, mars 2019) qui font l’objet de nombreuses adaptations théâtrales en France, en Belgique, en Suisse ou au Canada. Plusieurs de ses textes sont publiés dans la revue Décapage.